le cunnilingus, comment se protéger ?

« Cunnilingus sexe », « mst cunnilingus » « maladie cunnilingus » « cunnilingus risques » et encore pleins d’autres recherches sont réalisées tous les jours sur les moteurs de recherche . En effet, nombreuses sont les personnes qui ne sont pas au courant des risques encourus par toutes les pratiques bucco-génitales qui existent, comme le « cunni », la fellation ou même l’anulingus. Il est alors important de prévenir et d’informer sur les risques de transmission du vih, des ist et mst par cunnilingus.

Le cunnilingus, une pratique sexuelle connue aux risques parfois méconnus.

Malgré les nombreux cours d’éducation sexuelle durant le parcours scolaire, il est assez fréquent de rencontrer des adolescents et jeunes adultes qui se posent beaucoup de questions sur les rapports oraux génitaux, en particulier sur le cunnilingus et ses risques.
Les bienfaits du cunnilingus sont appréciés par les personnes qui pratiquent le sexe oral. En plein apprentissage et découverte de leur corps, cette jeune population est particulièrement intriguée par cette pratique, peu évoquée lors des interventions à l’école et qui pourtant, attise beaucoup leur curiosité.
Pratiqué dans les couples hétérosexuels (homme-femme) et couples lesbiens (femme-femme), il est essentiel de bien s’informer afin de profiter pleinement de ses moments intimes, en sécurité.
Avant de commencer à pratiquer le « cunni », il est important de savoir les risques de transmission avec le vih (sida), les ist (infections sexuellement transmissibles) et mst (maladies sexuellement transmissibles).

Risque du cunnilingus : le vih ?

La transmission du vih par cunnilingus, comment ça se passe ?

  • La personne qui reçoit un « cunni » ne pourra pas être contaminée car la salive de son/sa partenaire ne transmet pas le VIH.
  • La personne qui fait le « cunni » ne peut pas non plus contracter le VIH (exceptée présence de règles ou de blessure).

Cunnilingus et mst/ist

  • De la même façon que pour le vih, la personne qui reçoit le « cunni », n’a pas de risque d’attraper d’ist ou d’mst.
  • En revanche, la personne qui fait le cunnilingus sans protection peut attraper des IST comme la syphillis ou la blennoragie.

Tout le monde connait le préservatif masculin pour se protéger lors d’une fellation ou d’une pénétration, mais peu de personnes connaissent la solution pour se protéger des risques du cunnilingus : « la capote pour langue ».

Préservatif cunnilingus : la digue dentaire Oralsafe

Connaissez-vous la digue dentaire  ? Appelée familièrement « capote pour langue », c’est le seul moyen de prévention et de protection contre les risques du cunnilingus. Rassurez-vous, la digue dentaire est un dispositif discret et facile à utiliser. Il s’agit d’un carré de latex, à poser sur la vulve de votre partenaire. Il suffit tout simplement d’humidifier la zone du vagin avec du lubrifiant, de placer le tissu sur l’entrée du vagin, et de bien le maintenir à sa place. Si vous souhaitez aller un peu plus loin et pratiquer l’anulingus, pour des questions d’hygiène et de sûreté, il est nécessaire de prendre une nouvelle digue dentaire, lorsque vous changez de zone, afin d’éviter de ramener les bactéries de l’anus jusqu’au vagin.

A SAVOIR : si vous êtes allergiques au latex, la digue dentaire Oralsafe existe en polyuréthane.

L’achat de ses premiers préservatifs peut paraitre parfois très gênant pour certains, alors nous comprenons que trouver un préservatif pour cunnilingus soit difficile. Alors vous pouvez retrouver la digue dentaire Oralsafe sur internet, sur le shop de Bivea.

Article actualisé en juillet 2022 par Bivea